Le DMP, véritable « mémoire de la santé », permet aux patients de conserver de manière sécurisée leurs informations médicales en un seul et même endroit pour les partager avec les professionnels de santé de son choix : le médecin traitant bien sûr, mais aussi le pharmacien, les spécialistes, l’infirmier, le dentiste… Ce carnet de santé numérique contribue ainsi à améliorer la coordination des soins et fournit au patient une meilleure connaissance de sa propre histoire médicale, facilitant ainsi son adhésion aux soins qui lui sont prodigués.

En plus de l’historique des soins versé par l’Assurance Maladie (57,3 millions de documents), les DMP contiennent déjà de nombreuses informations : près de 6,5 millions de documents ont été ajoutés, dont 54 % par les établissements de santé, 30 % par les patients eux-mêmes, 14 % par les professionnels de santé libéraux et 2 % par les centres de santé.

Par ailleurs, à ce jour, 19 centres hospitaliers universitaires sur 32 alimentent automatiquement des DMP (avec les comptes rendus d’hospitalisation, les lettres de sortie, etc.).

Plusieurs voies de création

Pour faciliter la création des DMP, plusieurs voies d’ouverture sont proposées aux patients. Ainsi, 31 % de ceux qui ont créé leur Dossier Médical Partagé ont préféré être conseillés par un pharmacien en officine et 32 % par un agent de l’Assurance Maladie (accueil de la CPAM, de la MSA, etc.). 19 % l’ont ouvert eux-mêmes sur le site dmp.fr et 18 % ont profité d’une consultation auprès d’un professionnel de santé. Bientôt, les personnes ayant des difficultés à se déplacer pourront se tourner vers les infirmiers. En effet, dès 2020, ils seront rémunérés 1 € par DMP créé.

Pour en savoir plus :

Campagne Spot n°1 : https://ameli-cmd-front.damdy.com/index.php/player-preview-c3778d1411a0f10edd2f4707230c7123-512-288.html

Campagne Spot n°2 : https://ameli-cmd-front.damdy.com/index.php/player-preview-027df87cb769895751085d135582d5d0-512-288.html

 


Bien cordialement,

--

David Derisbourg
Responsable Marketing LEO
« Mon logiciel c’est LEO »